De la Lune à la Terre : philosophie et science de la nature dans les Questions sur les Météorologiques de Nicole Oresme

1000 Worte Forschung: Thèse doctorale en Philosophie médiévale en cours à l’Université de Fribourg en Suisse. Projet financé par le Fonds National Suisse

Pendant l’antiquité et le Moyen Âge, la météorologie avait une signification plus large que celle de la science qui porte aujourd’hui ce nom. A côté des phénomènes atmosphériques, elle s’occupait en effet d’un certain nombre de phénomènes naturels qui apparaissaient inexplicables à l’intérieur du cadre régulier de la physique aristotélicienne, comme par exemple l’apparition des comètes ou les tremblements de terre. De là l’intérêt du traité des Météorologiques d’Aristote, qui au Moyen Âge deviendra souvent un prétexte pour développer des théories de philosophie naturelle parfois fortement novatrices, et qui ont contribué à mettre en discussion la vision aristotélicienne de l’univers et de ses lois.

Nicole Oresme, philosophe et mathématicien, est l’un des penseurs les plus importants du XIVe siècle. Les Questions sur les Météorologiques, transmises par une riche tradition manuscrite, représentent le seul grand ouvrage de ce philosophe encore inédit1, et cela aussi à cause des problèmes philologiques liés à ce texte2. D’ailleurs, on peut affirmer que, en général, la réception médiévale du traité aristotélicien des Météorologiques est très peu connue par les chercheurs. Mon travail de recherche se propose donc de combler cette lacune historiographique, et de contribuer ainsi à l’étude de l’aristotélisme latin.

Dans le cadre de ma thèse doctorale je m’occupe de l’édition critique et de l’étude doctrinale du premier livre des Questions sur les Météorologiques de Nicole Oresme. Ce travail est articulé en deux parties. La première partie, de caractère essentiellement philologique, comprend l’étude de la tradition manuscrite et l’édition critique du texte ; la seconde partie consiste dans l’étude historico-philosophique du traité d’Oresme.

L’étude de la tradition manuscrite a déjà livré des résultats assez intéressants. A côté de la version répertoriée des Questions sur les Météorologiques d’Oresme, en effet, qui date de la moitié des années ‘50 du XIVe siècle3, nous avons identifié six copies qui transmettent une autre rédaction de ce texte, plus ancienne4 et plus intéressante au point de vue philosophique. Tandis que le premier témoin de cette rédaction, contenu dans le manuscrit  Darmstadt, Universitäts- und Landesbibliothek, 2197, ff. 58r-92v et 125r-127v, avait été découvert par S. Caroti5, les autres manuscrits ont été identifiés dans le cadre de cette thèse doctorale6.

A travers l’étude des Questions sur les Météorologiques de Nicole Oresme dans les deux rédactions je me propose donc de porter de la lumière sur le commencement de l’activité philosophique de Nicole Oresme à la Faculté des Arts de Paris et, en même temps, de donner une contribution à l’histoire de la philosophie de la nature au Moyen Âge.


D O W N L O A D

(PDF/A-Version)


CITATION: Aurora Panzica, De la Lune à la Terre : philosophie et science de la nature dans les Questions sur les Météorologiques de Nicole Oresme, in: Mittelalter. Interdisziplinäre Forschung und Rezeptionsgeschichte, 22. November 2016, https://mittelalter.hypotheses.org/9168.

  1. Seulement les questions du troisième livre relatives au thème de la vision ont été éditées : Jr. S. C. McCluskey, Nicole Oresme on Light, Color, and the Rainbow : an Edition and Translation, with Introduction and Critical Notes, of Part of Book III of his “Questiones super IV libros Meteororum”, diss. Univ. of Wisconsin, 1974 (Diss. Abstracts 35A, 1975, 6045).[]
  2. Ce texte présente en effet des parentés très étroites avec les Questions sur les Météorologiques d’Albert de Saxe et les Questions sur les Météorologiques de Thémon le Juif. Le premier texte constitue une version plus brève de l’ouvrage d’Oresme, tandis que, pour les Questions de Thémon, une grande partie de ce texte concorde presque mot pour mot avec les Questions d’Oresme. A cause de l’absence d’une datation précise de ces textes, qui remontent tous les trois aux années ’50 du XIVe siècle, jusqu’à aujourd’hui on n’a pas réussi à préciser les rapports entre ces ouvrages et, en particulier, à déterminer si les passages communs appartiennent à Thémon ou bien à Oresme.[]
  3. Les manuscrits, qui s’étalent sur une période comprise entre la seconde moitié du XIVe siècle et la seconde moitié du XVe, sont les suivants : Basel, Universtitätsbibliothek, F I 11, ff. 4r-85v ; F V 2, ff. 2r-63v ; Berlin, Staatsbibliothek zu Berlin –Preußischer Kulturbesitz, lat. fol. 631, ff. 39r-114r ; Erfurt, Wissenschaftliche Bibliothek (Bibliotheca Amploniana), Cms 2 ◦ 334, ff. 158v-167r (seulement le quatrième livre) ; Kassel, Landesbibliothek Phys 2 ◦ 12, ff. 1r-107r ; Klagenfurt, Bischöfliche Bibliothek, XXXI b. 5, ff. 1r-124r ; Kraków, Uniwersytet Jagielloński, Biblioteka Jagiellońska, 749, ff. 59v-110v ; 751, ff. 3r-53r ; 2095, ff. 245r-307r ; 2117, ff. 195r-322r ; Leipzig, Universitätsbibliothek, Ms. 1387, ff. 181r-275r ; München, Bayerische Staatsbibliothek, Clm 4376, ff. 1r-64r ; 17226, ff. 1r-140r (seulement quelques questions) ; Paris, Bibliothèque Nationale, lat. 15156, ff. 226r-288v (jusqu’à la question II.10) ; Sankt Gallen, Stiftsbibliothek, Cod. Sang. 839, ff. 1r-175v ; Uppsala, Universitetsbiblioteket, C. 596, ff. 2r-97v ; Wroclaw, Biblioteka Uniwersytecka, IV Q. 27, ff. 1r-163r ; Wien, Österreichische Nationalbibliothek, Cod. 5453, ff. 49r-109v.[]
  4. Cf. le colophon au f. 192vb : « Expliciunt questiones supra librum de anima reportate ante magistrum Johannem de Vezalia in vico straminum Parisius per manus Johannis Margan de Yvia anno domini m ccc 46 ◦ Deo gratias ».[]
  5. Nicolaus Oresme, Questiones super De generatione et corruptione, éd. S. Caroti, in : Veröffentlichungen der Kommission für die Herausgabe ungedruckter Texte aus der mittelalterlichen Geisteswelt, vol. 20, München, 1996, pp. 35* ss.[]
  6. Nous avons identifié deux copies complètes : München, Staatsbibibliothek, Clm 4375, ff. 19r-46r (dont déjà S. Kirschner avait proposé l’attribution à Nicole Oresme, sans toutefois pouvoir prouver sont hypothèse, cf. S. Kirschner, « A possible Trace of Oresme’s Condicio-Theory of Accident in an Anonymous Commentary on Aristotle’s Meteorology », in : Vivarium 48 (2010), pp. 349-367) ; Kraków, Uniwersytet Jagielloński, Biblioteka Jagiellońska, 753, ff. 51r-83v, et trois copies partielles, contenues dans les manuscrits Kraków, Uniwersytet Jagielloński, Biblioteka Jagiellońska, 635, pp. 177r-236v, Kraków, Uniwersytet Jagielloński, Biblioteka Jagiellońska, 686, ff. 101r-134v et ff. 81r-97v.[]

Aurora Panzica

Aurora Panzica (geboren am 19. November 1991) hat ihren Bachelor in Philosophie als Mitglied des Collegio di Merito Bernardo Clesio in Trient (Italien) abgeschlossen. Mit einem Leistungsstipedium der Universität Freiburg führte sie das Studium der Philosophie mit dem Schwerpunkt mittelalterlische Philosophie, an dieser Universität fort, und schloss ihren Master in 2015 ab. Ihre Masterarbeit (« Non oportet recurrere ad celum : la polémique anti-astrologique d'Henri de Hesse et ses racines dans la pensée de Nicole Oresme ») behandelt die anti-astrologische Polemik im Mittelalter. Ihre Doktorarbeit, die von Schweizerischen Nationalfond unterstützt wird, und die von Prof. T. Suarez-Nani und Prof. N. Weill-Parot (EPHE, Paris) geleitet wird, besteht aus der kritischen Ausgabe und dem Kommentar des ersten Buches der Quaestionen zu den Meteorologica des Nikolaus Oresme. Sie interessiert sich hauptsächlich für die Naturphilosophie im Mittelalter und für die Forschung und Edition der handschriftlichen Quellen.

More Posts - Website

Follow Me:
Flickr

Das könnte Dich auch interessieren...

Schreibe einen Kommentar

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht. Erforderliche Felder sind mit * markiert.